L’Arc et ses Traditions
 
 
  
 
 
 
Le tir à l’arc, que nous pratiquons aujourd’hui, est perçu en débutant comme un sport ou comme un loisir. Ce sont des aspects importants, mais il ne faut pas oublier qu’avant d’être un amusement de vacances ou de week-end, une passion sportive, l’arc est une arme létale utilisée, déjà au néolithique, pour la chasse et la guerre. Une bonne pratique de l’archerie était une garantie de survie. La fabrication et l’utilisation de l’arc et des flèches sont connues dans le monde entier ayant accompagné l’extension de l’Homme dans le monde. En Europe, les archers, furent de toutes les guerres jusqu’au 15ème siècle, c'est-à-dire jusqu’à l’apparition des armes à feu.
Lorsqu’on dit guerre, on dit organisation défensive, et offensive. Nos ancêtres du Haut Moyen Age ont vite imaginé des corps d’archers, spécialistes dans la pratique du tir et la fabrication des arcs. Sont donc apparues des guildes et confréries d’archers, dans le même mouvement général que les confréries et guildes de métiers, ou de bienfaisance. Ces groupes sont à l’origine de nos compagnies d’arc. Leurs coutumes, habitudes et comportements nous ont été fidèlement transmis en héritage. Très rapidement le pouvoir royal, a voulu organiser, codifier, voire contrôler les archers. Au fil des siècles les capitulaires, ordonnances, règlements généraux, indiquent les principes et règles de l’organisation et de l’entraînement du Noble Jeu de l’Arc pratiqué par les chevaliers d’arc et archers de France.
 
*****
 
  Chronologie abrégée de l’Histoire de l’ARC
  • Pointes de flèche en silex période Néolithique, peintures et gravures pariétales.
  • L’arc accompagne l’extension géographique de l’homme. Perfectionnement des pointes et des arcs, les arcs composites ou démontables sont connus des égyptiens.
  • L’arc introduit par des capitulaires de Charlemagne dans l’équipement des combattants.
  • Au 9ème siècle l’Abbé de Saint Médard de Soissons confie aux archers de France la garde des reliques de Saint Sébastien, ce Saint devenant naturellement le patron des archers. La référence au christianisme est de règle compte tenu de l’omniprésence de l’Eglise à cette époque.
  • Charles V fait publier des ordonnances d’organisation de l’archerie. Charles VI et surtout CharlesVII confirment et précisent ces règlements et privilèges associés aux obligations des Francs archers.
  • Après la disparition de l’archerie des champs de bataille, les compagnies et confréries continuèrent leurs activités : d’entraînement au tir et d’entraide fraternelle, ne se rencontrant plus que dans des concours amicaux.
  • En 1733 sont élaborés les STATUTS ET REGLEMENTS GENERAUX DES CHEVALIERS D’ARC ET ARCHERS DE FRANCE . Ils sont établis par Monseigneur ARNAULT de POMPONNE Abbé de St Médard de Soissons. Dans leur esprit, plus que dans leur lettre, ces statuts demeurent une référence pour les chevaliers d’arc et archers d’aujourd’hui.
  • A la Révolution de 1789, La Convention dissout les compagnies, abolit leurs privilèges et confisque leurs biens.
  • Dès le Consulat, puis sous l’Empire, on vit très rapidement renaître la chevalerie d’arc et les compagnies. Bon nombre d’entre elles subsistent de nos jours.
De nouvelles compagnies furent aussi crées, mais toutes perpétuent naturellement le respect des traditions de discipline personnelle, de politesse rigoureuse, de bienveillance fraternelle.
 
*****
 
Aujourd’hui, la tradition est très présente dans nos comportements, notre langage, notre organisation. Contrairement à ce que beaucoup pensent, la tradition n'est pas figée, elle évolue comme toutes choses. La tradition de demain nous la faisons aujourd'hui.
Trois mots, bien connus, disons plutôt, trois concepts peuvent éclairer sur la Tradition : Liberté, Egalité, Fraternité. Au demeurant, il convient d'affirmer que les archers sont :
  • Egaux
  • Libres
  • Fraternels
    Du passé militaire, restent les bannières et drapeaux, les tenues personnalisées par compagnies, la fonction de capitaine etc.…Aussi les tirs spécifiques d’entraînement : le Beursault, le Tir au drapeau, l’Abat Oiseau ou Tir au Papagaï (perroquet).
Le Tir à l’Oiseau permet de distinguer pour un an le ROI de la compagnie.
La célébration de la Saint Sébastien (le 20 janvier, ou un samedi proche) nous rassemble, au Jeu d’arc, pour un tir « à la meilleure flèche », suivi d’un repas pris en commun.
Le Bouquet Provincial  : cette manifestation annuelle rassemble de très nombreuses compagnies (300 et +) défilant en tenues derrière leurs bannières, elles viennent de toute la France .A cette occasion des tirs traditionnels ont lieu par ex : le tir aux assiettes…
L’Adoubement des chevaliers d’arc (remise de l’épée et de l’écharpe) et la Nomination des archers (remise de la dague) se déroule laïquement dans une salle spécialement préparée. Les compagnies en tenue, leurs invités, participent à cette cérémonie. Il est important de noter qu’il n’y a pas d’obligation pour un archer ou un chevalier de participer à cette cérémonie, la liberté de conscience étant respectée, le cas échéant, la remise de la dague ou de l’épée à lieu dans un jardin d’arc.
 
Les compagnies sont regroupées en Familles, Les Archers et Chevaliers de la Compagnie de Sceaux-Fontenay font partie de la Famille des Parisii. Les chevaliers des Familles de la région parisienne sont regroupés au sein de la Ronde de l’Île de France comprenant : La Famille du Pays de France, La Famille de Noisy-le-Sec , La Famille de Beauté, La famille des Parisii, La Famille de Brie, La Famille de l’Essonne, La Famille des Yvelines .
D’autres familles et rondes existent, dans toutes la France, une forte proportion se situe dans la partie Nord de notre pays.
 
Comment devient-on archer ou chevalier en titre ?
Un archer traditionnel est coopté par l’ensemble des archers et chevaliers de sa compagnie. Sont pris en compte entre autres critères: l’état d’esprit, le dévouement, la générosité, la disponibilité ………
Cette nomination, n’est en aucun cas une récompense, ni un grade mais le point de départ d’un engagement personnel.
Il en est de même pour les chevaliers, proposés suivant des critères personnels par leurs pairs à l’assemblée de la Famille des Parisii. Il faut savoir que l’élévation à la dignité de chevalier n’est en aucun cas systématique. Tous les archers ne deviennent pas chevaliers. Comme pour l’archer il ne s’agit en aucun cas d’une récompense ou d’un satisfecit. La proposition est affichée, avant décision de la Famille, dans les jeux d’arc et quiconque peut la commenter ouvertement auprès des chevaliers de sa compagnie.
 
Etre archer ou chevalier d’arc ne donne aucun droit mais donne uniquement des devoirs librement consentis.
 
Ce texte est loin d’être exhaustif, c’est une simple présentation. On peut penser qu’il suscite plus de questions que celles auxquelles il répond. Vaste sujet….
Les chevaliers et archers de la Compagnie d’Arc de Sceaux – Fontenay aux Roses se feront un plaisir de répondre aux questions que vous voudrez leur poser
 
 
 
 
Mesdames, Messieurs, nous vous saluons !
 
 
 
 
      Blason de la famille                                                                                              Insigne de Chevalier                                                                                Insigne d’Archer
                       des Parisii